lien externe

Conférenciers - Jour 1

Envoyez-nous un courriel

Hélène Bailleul

Maître de conférences, Université de Rennes 2
 
 
Hélène Bailleul est maître de conférences en Aménagement-Urbanisme à l’Université Rennes 2. Elle effectue ses recherches au sein du laboratoire ESO (Espaces et Sociétés).
 
Elle travaille sur la communication des politiques d’urbanisme et développe plus particulièrement des analyses des usages numériques dans la fabrique démocratique de la ville (3D et médiation des projets, communication de la ville durable).
 
 

Daniel Beaudet

Directeur général adjoint - Services de soutien, Ville de Québec
 
Depuis 2006, Daniel Beaudet était à l’emploi de la firme ABB Low Voltage Drives au Wisconsin à titre de vice-président qualité et opération puis comme directeur de projet en énergie éolienne. Précédemment, il a, entre autres, occupé des postes de gestion aux opérations dans différentes unités de Bombardier, à Valcourt, à Granby et au Wisconsin, de 1992 à 2005.
 
Il a été nommé à son poste de directeur général adjoint – innovation et services de soutien à l'automne 2012. Il est responsable des services des Affaires juridiques, des Approvisionnement, des Communications, de l’Évaluation, de la Gestion des équipements motorisés, de la Gestion des immeubles, du Greffe et des Archives, des Technologies de l’information et des Télécommunications, ainsi que des unités administratives du Greffe de la Cour municipale et du Soutien à la gestion du service à la clientèle.
 

Pierre-Étienne Beaulieu

Architecte de l'information, Secrétariat du Conseil du trésor, Gouvernement du Québec
 
Membre du groupe Gautrin dont le rapport à été présenté au premier ministre et rendu public le 2 mai 2012, Pierre-Étienne s’est consacré à temps plein au dossier du gouvernement ouvert pendant toute la dernière année.
 
Détenteur d’une maîtrise de l’École des Hautes Études commerciales de Montréal, il est passionné par les enjeux de gouvernance de l’information et d’innovation en service public.
 
Ayant commencé sa carrière en utilisabilité, Pierre-Étienne est particulièrement sensible aux problématiques d’accessibilité à l’information et voit le Web comme un puissant levier pour créer un dialogue plus efficace entre les citoyens et leurs gouvernements.
 

Guillaume Brunet

Vice-président Stratégies numérique, Substance Stratégies numérique
 
Spécialisé en marketing numérique depuis plus de 10 ans et titulaire d’une maîtrise en commerce électronique de HEC Montréal, Guillaume est associé chez Substance Stratégies. Auparavant, il a évolué comme vice-président médias sociaux chez Cossette ainsi que comme gestionnaire des équipes numériques dans de grandes entreprises.
 
Chez Substance, il a pour mission de stimuler les connaissances, les interactions et les résultats des clients du groupe, tels que le Collège Lasalle, Ubisoft, Infopresse, Raymond Chabot Grant Thorton et le Club canadien de Toronto. D’ailleurs, plusieurs initiatives auxquelles il a participé ont reçu des distinctions au Boomerang, Flèches d’or et CMA Awards.
 
Guillaume Brunet s’est aussi hissé parmi les 25 célébrités Web du Québec en plus d’avoir figuré au Top 40 des meilleurs marketers en ligne du Canada. Il vient aussi de publier un livre intitulé Les médias sociaux en entreprises aux Éditions Infopresse.
 

Francine Charest

Directrice, Observatoire des médias sociaux en relations publiques, Université Laval
 
Professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval, Francine Charest est spécialisée en relations publiques et en communication de crise ou sensible dans les médias sociaux dont la gestion de la e-réputation.
 
En 2009, elle publie Les racines communicationnelles du Web, ouvrage reconnu par l’Académie des Sciences Commerciales de Paris qui lui décerne la médaille 2010. Une deuxième édition abordant les pratiques professionnelles dans les médias sociaux paraîtra sous peu. Dès son arrivée en 2010 à l’Université Laval, elle met en place l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques auquel collaborent professeurs, étudiants et professionnels.
 
Sous sa direction, l’OMSRP peut mener ses travaux, notamment, avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).
 

Pierre-Thomas Choquette

Conseiller, Communication numérique, Cabinet de relations publiques NATIONAL
 
À titre de conseiller, Communication numérique pour le Cabinet de relations publiques NATIONAL que Pierre-Thomas Choquette élabore des stratégies de communication numérique innovantes, claires, pertinentes et sociales. Les clients de NATIONAL pourront rejoindre différents publics à l’aide de plateformes numériques appropriées tel que les réseaux sociaux, blogues, diffusion Web, balados, applications, site Web, portail, jeu vidéo et le mobile. Ces excellents outils de communication sont des incontournables pour rejoindre certains publics ou pour attendre certains objectifs.
 
Passionné des par les relations publiques et les communications numériques, Pierre-Thomas a su développer une expérience solide dans l’élaboration de stratégies numériques, de gestion de communauté sur les médias sociaux, création de contenu pour les communications numériques et il est toujours à l’affut des nouveautés et nouvelles tendances technologiques.
 
Possédant un certificat en communication publique de l’Université Laval après un passage en science politique, Pierre-Thomas a débuté sa carrière dans une entreprise de développement Web, puis il a œuvré trois ans pour une agence de publicité comme responsable de la division interactive.
 

 


Myriam Claveau

Conseillère en communications Web, Service des communications, Ville de Québec
 

Travaillant dans le monde des communications depuis 1999, Myriam Claveau occupe, depuis juin 2009, le poste de responsable du site Internet à la Ville de Québec. Avec ses collègues de l’équipe Web, elle élabore et évalue les contenus des différentes plateformes de la Ville de Québec. Elle propose des stratégies faisant preuve de vision et de créativité et s’assure que la Ville de Québec poursuive son développement vers la mobilité et les médias sociaux.
 
Professionnelle dans la fonction publique québécoise pendant quelques années, Myriam Claveau y a été édimestre de sites Internet gouvernementaux. Auparavant, un passage de plusieurs années aux communications du Théâtre du Trident, lui a permis d’acquérir une multitude de capacités essentielles aux communicateurs.
 
Membre du groupe d’experts de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques de l’Université Laval depuis 2012, elle est également formatrice auprès des étudiants en «Promotion et animation corporative sur les réseaux sociaux» au CFP Maurice-Barbeau.
 
Diplômée en communication publique de l’Université Laval et présentement étudiante à la maîtrise à l’École nationale d’administration publique, Myriam Claveau poursuit son apprentissage en s’inspirant de l’audace et de l’innovation de mentors incontournables.
 


Sylvie Daniel

Professeure, Département des sciences géomatiques, Université Laval
 
Sylvie Daniel a obtenu le diplôme d’ingénieur en génie électrique de l’Institut national des sciences appliquées de Rennes (France) en 1994 et le doctorat de l’Université de Rennes I (France) en traitement du signal et télécommunications en 1998. Elle compte plus de 16 années d’expérience dans le domaine de l’imagerie géospatiale, durant lesquelles elle a dirigé et géré des projets de recherche et développement d’envergure internationale, notamment dans l’industrie. Elle a rejoint l’Université Laval en janvier 2004, où elle est maintenant professeure agrégée au Département des sciences géomatiques.
 
Sylvie Daniel a participé à plusieurs initiatives de recherche à l’échelle nationale et internationale et elle a agi à titre de responsable de six projets multidisciplinaires. Elle a obtenu des octrois de recherche auprès d’organismes et de programmes de financement compétitifs. Elle est sur le comité éditorial de la revue Journal of Agricultural and Environmental Information Systems. Elle est membre de l’IEEE, membre du Centre de recherche en géomatique (CRG), chercheuse affiliée à l’Institut Technologies de l’Information et Sociétés (ITIS) et chercheuse régulière du Réseau GEOIDE. Ses intérêts de recherche incluent l'acquisition de données (images et nuages de points LiDAR et bathymétrique), le traitement d'images et l'intelligence artificielle, la modélisation 3D, la fusion de données et la réalité augmentée. Ses projets de recherche concernent la modélisation 3D d’infrastructures et d’environnements urbains, et les nouveaux outils ludoéducatifs basés sur les technologies géomatiques et la réalité augmentée.
 

Denis Deslauriers

Directeur, Service des technologies de l'information et des télécommunications, Ville de Québec
 
Bachelier en administration, maître en gestion de projets, M. Deslauriers a débuté sa carrière dans la consultation privée pour les analyses économiques dans différents ministères, villes et entreprises privées pour ensuite poursuivre dans le monde municipal et se spécialiser dans le domaine des solutions d’affaires technologiques.
 

 


Milad Doueihi

Titulaire, Chaire de recherche sur les cultures numériques, Université Laval
 
Historien du religieux dans l’Occident moderne, Milad Doueihi est titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques à l’Université Laval, où il enseigne au Département des littératures.
 
Auteur et essayiste traduit en plusieurs langues, il a publié cinq ouvrages au Seuil : Histoire perverse du cœur humain (1996), Le Paradis terrestre. Mythes et philosophies (2006), La Grande conversion numérique (2008), Solitude de l’incomparable. Augustin et Spinoza (2009) et Pour un humanisme numérique (2011). Fellow à l’Université de Glasgow, en Écosse, il a également livré des chroniques sur l’univers numérique pour France Culture. Implicitement lié à ses recherches sur les cultures et l’humanisme numérique, il coordonne actuellement la rédaction d’un ouvrage collectif, Dictionnaire de la culture numérique
 

Marie-Andrée Doran

Directrice, Institut Technologies de l'information et Sociétés (ITIS), Université Laval
 
Directrice, depuis septembre 2009, de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS), Marie-Andrée Doran porte un mandat aussi riche que varié, lié intimement à l’accélération de la production de nouvelles connaissances et de l’émergence de projets structurants dans ce secteur de pointe. Dans ses fonctions, elle contribue activement à la valorisation et la diffusion des connaissances ainsi qu’à la réalisation de projets de recherche appliquée en matière de technologies de l'information (TI).
Formée en sciences à l’UQAM (baccalauréat en biologie moléculaire et cellulaire) et l’Université Laval (maîtrise en sciences forestières), elle a œuvré dans divers champs disciplinaires se rapportant autant aux sciences pures et appliquées qu’aux sciences sociales ou aux arts.
 
Après avoir brièvement enseigné à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, elle a assumé diverses fonctions-cadres auprès de la direction de l’UL en étant tour à tour adjointe du vice-recteur exécutif, adjointe du vice-recteur aux études et aux activités internationales ainsi qu’adjointe du vice-recteur à la recherche et à la création. Son parcours tant en gestion académique qu’en gestion administrative l’a aussi mené à assumer les fonctions d’adjointe au doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, de directrice exécutive de la Faculté d’aménagement, d’architecture et des arts visuels, de directrice adjointe, puis codirectrice de l’École des arts visuels, de directrice de l’École internationale d’été de Percé ou encore de directrice du Consortium de mobilité étudiante Américanité (Canada – États-Unis – Mexique).
 
Au fil des années, Marie-Andrée Doran fut appelée à représenter l’Université Laval à maintes reprises dans des congrès et des colloques autant nationaux qu’internationaux ainsi qu’au sein de tables de concertations sous-ministérielles et à la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ). On lui doit la rédaction de nombreux documents de planification stratégique, règlements, bilans et rapports.
 
Marie-Andrée Doran est activement engagée et impliquée dans les projets sur les villes intelligentes. Elle a initié et organisé le premier colloque sur les villes intelligentes au Québec qui a attiré plus de 15 experts du monde des affaires et académique, nationaux et internationaux, venant du Québec, de la France, des États-Unis d’Amérique et du Mexique.
 
Bref, madame Doran a acquis, au fil de sa carrière, une riche et vaste expérience de gestion de haut niveau, tant au plan administratif qu’académique. De concert avec la communauté universitaire et les partenaires du milieu des affaires, elle souhaite contribuer au positionnement stratégique de la ville de Québec dans le secteur des TI.
 

Isabelle Dubois

Directrice, Service des communications, Ville de Québec
 
Isabelle Dubois occupe le poste de directrice du Service des communications de la Ville de Québec depuis avril dernier. Auparavant, elle a supervisé l’équipe de la Division du conseil et du multimédia au Service des communications. Elle a dirigé le développement du site Internet et de l’intranet de la Ville de Québec. Ainsi, elle doit s’assurer que la Ville emprunte la voie des nouveaux moyens de communication avec les citoyens et ses employés notamment par l’intermédiaire du Web 2.0. Elle exerce également un rôle-conseil en communication auprès des autorités de la Ville.
 
Avant d’occuper son poste actuel, elle a coordonné des activités de communication au Service des ressources humaines. Durant son parcours professionnel, elle a occupé la fonction de directrice des politiques à la Fédération québécoise des municipalités et de conseillère en marketing au sein de la firme Desjardins Marketing Stratégique. Elle a aussi œuvré pendant près de cinq ans au sein de cabinets ministériels, dont celui du premier ministre. Isabelle Dubois est détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en science politique, d’un certificat en communication spécialisé en relations publiques et elle a complété l’équivalent de deux années d’un baccalauréat en droit.
 

Antoine Dupin

Conseiller stratégique, Chalifour
 
Diplômé d’une maîtrise en communication et d’une maîtrise de deuxième cycle en journalisme, il a travaillé en France et au Canada pour plusieurs entreprises.
 
Spécialiste des médias sociaux, il est auteur d’un ouvrage et co-auteur de nombreux e-books sur cette thématique. Passionné par les nouvelles technologies, il apporte à vos projets un œil avisé sur les nouvelles tendances en communication numérique.
 
Il figure parmi les collaborateurs de l'Observatoire des médias sociaux en relations publiques de l'Université Laval.
 

Anne-Marie Gauthier

Webmester et chargée de projets, Commission de la Capitale Nationale du Québec
 
Anne-Marie Gauthier est webmestre et chargée de projet à la Commission de la capitale nationale du Québec, l’un des premiers organismes gouvernementaux québécois à avoir intégré efficacement les médias sociaux.
 
Depuis 2008, elle chapeaute les communications Web, en plus d’avoir supervisé plusieurs refontes de sites Internet. En 2012, elle a terminé avec mention d’honneur une maîtrise en communication publique à l’Université Laval, s’intéressant à l’appropriation des médias sociaux par les professionnels de relations publiques.
 
Elle fait également partie du comité conseil d’experts de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques (OMSRP) de l’Université Laval.
 

Christelle Gibon

Responsable Données et 3D, Service SIG mutualisé, Villes de Rennes et Rennes Métropole
 
Christelle Gibon a obtenu en 1998 sa maîtrise de physique, puis en 1999 son diplôme d'études supérieures spécialisées en Télédétection à l'université Paul Sabatier de Toulouse.
 
Elle a conduit, en 2003, le passage à la déclaration graphique des surfaces agricoles en Guadeloupe puis piloté, pendant 2 ans, l'association AGRIGUA, dispositif central de gestion d'un système d'information géographique mutualisé de l'occupation du sol créé dans le but de constituer, pour les partenaires des outils nouveaux d’observation et de gestion de l’espace agricole.
 
En 2007, elle intègre l'unité mixte de recherche Sol Agro et hydrosystème Spatialisation (UMR SAS) à l'INRA de Rennes dans le cadre d'une étude portant sur 9 bassins versants en contentieux 'nitrates eaux brutes'. L'objectif consistait à évaluer, à l'aide de modèles agro-hydrologiques, l'impact des actions gouvernementales en termes d'amélioration de la qualité de l'eau et les délais d'un éventuel retour à la conformité.
 
Depuis 2009, à la Ville de Rennes puis Rennes Métropole, elle pilote la constitution, l'évolution et la valorisation des bases de données géographiques référentielles 2D et 3D de Rennes et Rennes Métropole. Elle œuvre, en particulier, à la mise en place de systèmes innovants d'aide à la décision et de médiation urbaine au service du développement des territoires.
 

Alain Lavigne

Professeur, Département d'information et de communication, Université Laval
 
Alain Lavigne est professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval. lI a fait un baccalauréat en histoire, un certificat en journalisme, une maîtrise en communication publique et un doctorat en science politique. Après ses études, il a travaillé cinq ans comme journaliste et cinq ans comme relationniste.
 
Il est membre du Groupe de recherche sur les pratiques novatrices en communication publique (PNCP) et de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques (OMSRP).
 
Dans le cadre d’un programme de recherche subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), il s’intéresse aux nouvelles stratégies de communication des organisations publiques face au déclin des médias traditionnels.
 

Michel Lussault

Directeur, Institut français de l'éducation
 
Géographe, il est professeur au sein de l’Ecole normale supérieure de Lettres et Sciences Humaines et préside depuis 2008 le PRES de Lyon. Après avoir élaboré une approche sémio-linguistique des politiques territoriales et des relations pratiques des acteurs sociaux à l’espace, il se consacre depuis 1998 à la mise en place d’une théorie générale pragmatique et constructiviste de la spatialité individuelle et à l’épistémologie des savoirs géographiques et urbanistiques, dont il a considérablement contribué à renouveler le paysage en France ces vingt dernières années.
 
Son travail s’organise autour de quatre grands axes : une approche des images et imaginaires de l’espace en actes dans les politiques territoriales et plus particulièrement dans les politiques urbanistiques; une réflexion sur la dimension spatiale des actes des acteurs sociaux; une tentative de définition d’une théorie géographique générale de l’urbain et de l’urbanité; une réflexion sur la constitution des savoirs géographiques et urbanistiques.
 
Parallèlement à sa carrière d’universitaire, il mène une activité d’expertise et de conseil en matière d’urbanisme et d’aménagement. Il a notamment été membre du comité national d’évaluation de la politique de la Ville, membre du comité scientifique du GIP Observation des projets urbains (ministère de l’Equipement), ainsi que co-président du conseil scientifique de l’opération nationale « Un pari pour le grand Paris ». Il est actuellement président du comité scientifique du programme thématique « Les énigmes spatiales de la vie en société » de l’ANR.
 

Sehl Mellouli

Professeur, Département des systèmes informatiques organisationnels, Université Laval
 
Sehl Mellouli est professeur au département des systèmes d'information organisationnels de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval. Il détient un Ph.d en informatique de l'Université Laval. Les recherches du professeur Mellouli portent sur le gouvernement électronique et les systèmes d'information intelligents. Il est l'instigateur principal d'un projet de recherche a l'international sur le concept de villes intelligentes. Les chercheurs sont du Canada, des États-Unis, du Mexique, et de la Chine.
 
Les recherches du professeur Mellouli sont financées par les organismes subventionnaires tels que le CRSNG, le FQRSC, ou le CRSH, ou par des agences gouvernementales. Les résultats de ces recherches ont été publiés dans des revues scientifiques classées ou dans des conférences internationales reconnues dans leurs domaines.
 
Professeur Mellouli etait membre du North American Digital Government Working Group. Il siège présentement sur le board de la Digital Government Society of North America après un vote auprès de la communauté de recherche.
 

Boris Mericskay

Étudiant doctorant en Géographie, Université Laval
 

Titulaire d’une maîtrise de géographie et d’aménagement de Paris 7 (2007), Boris Mericskay est docteur en géographie de l’université Laval.

Sa thèse sous la direction de Stéphane Roche (géomatique) et Guillaume Mercier (géographie) portait sur les nouveaux usages des cartes sur Internet dans le cadre des processus de participation publique.

Ses champs de recherche sont : la démocratie participative ; la cartographie en ligne ; le Web 2.0 ; la géolocalisation et la géographie sociale. En parallèle de sa recherche, Boris Mericskay est aussi auxiliaire d’enseignement dans divers cours universitaires (aménagement du territoire, urbanisme, paysage, géomatique sociale, etc.).

Haut de page


Pascal Plantard

Anthropologue, CREAD-M@rsouin, Université de Rennes 2
 
Educateur spécialisé de formation initiale, Pascal Plantard a fini cette première formation professionnelle à l’Université de Montréal et au Massachusetts Institute of Technology (MIT) où il rencontré Seymour Papert, mathématicien, informaticien et éducateur américain, pionniers des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE) et père de Logo (premier langage informatique à visée délibérément éducative).
 
En rentrant du Québec, avec quelques collègues, ils ont constitué le GRISE (Groupe de Recherche sur l’Informatique en Sciences de l’Éducation) en 1986. Dès sa création, ils y ont monté des dispositifs d’éducation spécialisée, de prévention, de formation et d’insertion médiatisés par ordinateur. Notre approche des technologies visait à ne pas réduire la pédagogie à la sphère cognitive et l’ordinateur à une machine strictement logique. Tant l’une que l’autre sont aux prises avec l’inconscient et le lien social. Cette posture théorique était cohérente avec les travaux de l’équipe « savoirs et rapport au savoir » de l’Université Paris X Nanterre qui m’a accueilli dès 1989, pour une thèse de doctorat sous la direction de Monique Linard, professeure de sciences de l’éducation. Cette thèse, intitulée « Approche Clinique de l’Informatique » a été soutenue en 1992. Elle s’appuie sur ses expériences d’usages des TIC auprès d’enfants et d’adolescents en situations difficiles (décrochages scolaires, déficiences, maladies mentales, violences sociales), de toxicomanes et d’adultes bénéficiaires du RMI.
 
Dans les années 1990, j’élargis mon approche de la médiatisation dans la relation d’aide aux adultes à l’insertion par l’activité économique (IAE) avec la FNARS (Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale). Dès 1992, je participe à la conception et à la mise en place de la formation des encadrants techniques (ETAIE).
 
En 1997, je suis recruté comme Maître de Conférences à l’Université Rennes 2 – Haute-Bretagne. J’y ai patiemment construit une filière de formation qui comprend 3 diplômes et 5 années d’études. Cette filière intitulée USETIC/TEF (Usages sociaux et éducatifs des technologies de l’information et de la communication/Technologies pour l’éducation et la formation) forme essentiellement (en DEUST et en Licence Professionnelle) des animateurs multimédia et (en Master) des ingénieurs pédagogiques et des chargés de mission « usages ».
 
Au niveau de la recherche, il est membre du conseil d’unité du CREAD (Centre de Recherche sur l’Éducation les Apprentissages et la Didactique – EA 3875) et du Conseil Scientifique du GIS M@rsouin.
 

Stéphane Roche

Professeur, Département des sciences géomatiques, Université Laval
 
Stéphane Roche est professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval, où il enseigne les Systèmes d’information géographique (SIG), la cartographie et la Société de l’information géographique. Il s’intéresse à l’exploration des relations entre les concepts d’ « Habilitation spatiale » et d’engagement des citoyens dans le contexte des villes intelligentes et des infrastructures urbaines durables. Il participe actuellement à divers projets de recherche subventionnés (CRSH, CRSNG, FRQNT, FRQSC) portant sur l’analyse des relations entre l’espace et les sociétés humaines sou s l’angle du développement du Géoweb participatif, l’évaluation de la qualité des données issues de l’information géographique volontaire et des contenus géographiques générés par les usagers et la conception de solutions de géocollaboration (SIG participatif, WikiSIG…) pour supporter l’aménagement participatif et le Géodesign.
 
Stéphane fut le coordonnateur avec Claude Caron (Université de Sherbrooke) du livre “Organizational Facets of GIS”, publié en 2009 aux éditions John Wiley and Sons. Il a également été le coordonnateur invité (avec Rob Feick de l’University of Waterloo) du numéro spécial (vol.64, n.1) sur l’Information géographique volontaire de la revue GEOMATICA; et plus récemment le coordonnateur invité (avec Mike Goodchild, University of California, Santa-Barbara) du numéro spécial (vol.22, n.2) de la Revue internationale de Géomatique consacré au Géodesign. Stéphane est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec et sert, entre autres, sur les conseils d’administration du Fond Joncas (Ordres des arpenteurs-géomètres du Québec) et de l’Association de géomatique municipale du Québec (AGMQ).
 

Raphaël Suire

Économiste, CREM-M@rsouin, Université de Rennes 1
 
Maître de conférences en économie à l'Université de Rennes 1, Raphaël Suire y est directeur du Master2 "Économie et conseil en TIC et e-Business (ECOTIC).
 
Il est également chercheur en économie du numérique pour le Centre de recherche Économie et Management au sein de l'observatoire M@rsouin. Il est également administrateur de la Cantine numérique rennaise.
 

Nicolas Thély

Professeur, Université de Rennes 2
 
Nicolas Thély est professeur en arts, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes  2. Il a publié Vu à la webcam (essai sur la web-intimité) en 2002, Corps, art vidéo et numérique en 2005.
 
Entre 2005 et 2010, il a conduit une recherche sur l'esthétique de la "basse définition" qui a donné lieu à deux expositions en France (Grenoble) et en Suède (Stockholm) et à deux publications : Basse def : partage de données (2007) et Search terms : basse def (2012). Ses recherches portent actuellement sur l'esthétique des données notamment à travers le projet DataPolis.