lien externe

Conférenciers - Activités grand public

Envoyez-nous un courriel

Carl-Frédéric de Celles

Président, iXmédia
 
Carl-Frédéric De Celles s'intéresse depuis toujours aux possibilités de l'interactivité numérique dans sa communauté. Économiste de formation, il fonde en 1995, iXmédia, une boîte spécialisée dans la conception et le développement web.
 
De là, il développe une multitude de projets d'entreprises (Opossum, Zengo, Kabane, Molécube) et d'implications citoyennes (ZAP Québec, le Web à Québec, Museomix, les Rencontres internationales du multimédia d'apprentissage).
 
Il siège sur les conseils d'administration du Web à Québec, des Rencontres cinématographiques de Québec, de ZAP Québec et du Théâtre Périscope. Il est également éditeur pour QuébecUrbain et chroniqueur pour MonSaint-Roch.com.
 

Sylvie Daniel

Professeure, Département des sciences géomatiques, Université Laval
 
Sylvie Daniel a obtenu le diplôme d’ingénieur en génie électrique de l’Institut national des sciences appliquées de Rennes (France) en 1994 et le doctorat de l’Université de Rennes I (France) en traitement du signal et télécommunications en 1998. Elle compte plus de 16 années d’expérience dans le domaine de l’imagerie géospatiale, durant lesquelles elle a dirigé et géré des projets de recherche et développement d’envergure internationale, notamment dans l’industrie. Elle a rejoint l’Université Laval en janvier 2004, où elle est maintenant professeure agrégée au Département des sciences géomatiques.
 
Sylvie Daniel a participé à plusieurs initiatives de recherche à l’échelle nationale et internationale et elle a agi à titre de responsable de six projets multidisciplinaires. Elle a obtenu des octrois de recherche auprès d’organismes et de programmes de financement compétitifs. Elle est sur le comité éditorial de la revue Journal of Agricultural and Environmental Information Systems. Elle est membre de l’IEEE, membre du Centre de recherche en géomatique (CRG), chercheuse affiliée à l’Institut Technologies de l’Information et Sociétés (ITIS) et chercheuse régulière du Réseau GEOIDE. Ses intérêts de recherche incluent l'acquisition de données (images et nuages de points LiDAR et bathymétrique), le traitement d'images et l'intelligence artificielle, la modélisation 3D, la fusion de données et la réalité augmentée. Ses projets de recherche concernent la modélisation 3D d’infrastructures et d’environnements urbains, et les nouveaux outils ludoéducatifs basés sur les technologies géomatiques et la réalité augmentée.
 

Marie-Andrée Doran

Directrice, Institut Technologies de l'information et Sociétés (ITIS), Université Laval
 
Directrice, depuis septembre 2009, de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS), Marie-Andrée Doran porte un mandat aussi riche que varié, lié intimement à l’accélération de la production de nouvelles connaissances et de l’émergence de projets structurants dans ce secteur de pointe. Dans ses fonctions, elle contribue activement à la valorisation et la diffusion des connaissances ainsi qu’à la réalisation de projets de recherche appliquée en matière de technologies de l'information (TI).
Formée en sciences à l’UQAM (baccalauréat en biologie moléculaire et cellulaire) et l’Université Laval (maîtrise en sciences forestières), elle a œuvré dans divers champs disciplinaires se rapportant autant aux sciences pures et appliquées qu’aux sciences sociales ou aux arts.
 
Après avoir brièvement enseigné à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, elle a assumé diverses fonctions-cadres auprès de la direction de l’UL en étant tour à tour adjointe du vice-recteur exécutif, adjointe du vice-recteur aux études et aux activités internationales ainsi qu’adjointe du vice-recteur à la recherche et à la création. Son parcours tant en gestion académique qu’en gestion administrative l’a aussi mené à assumer les fonctions d’adjointe au doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, de directrice exécutive de la Faculté d’aménagement, d’architecture et des arts visuels, de directrice adjointe, puis codirectrice de l’École des arts visuels, de directrice de l’École internationale d’été de Percé ou encore de directrice du Consortium de mobilité étudiante Américanité (Canada – États-Unis – Mexique).
 
Au fil des années, Marie-Andrée Doran fut appelée à représenter l’Université Laval à maintes reprises dans des congrès et des colloques autant nationaux qu’internationaux ainsi qu’au sein de tables de concertations sous-ministérielles et à la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ). On lui doit la rédaction de nombreux documents de planification stratégique, règlements, bilans et rapports.
 
Marie-Andrée Doran est activement engagée et impliquée dans les projets sur les villes intelligentes. Elle a initié et organisé le premier colloque sur les villes intelligentes au Québec qui a attiré plus de 15 experts du monde des affaires et académique, nationaux et internationaux, venant du Québec, de la France, des États-Unis d’Amérique et du Mexique.
 
Bref, madame Doran a acquis, au fil de sa carrière, une riche et vaste expérience de gestion de haut niveau, tant au plan administratif qu’académique. De concert avec la communauté universitaire et les partenaires du milieu des affaires, elle souhaite contribuer au positionnement stratégique de la ville de Québec dans le secteur des TI.
 

Mathieu Fortin

Professeur, Département de physique, Cégep Sainte-Foy
 
Professeur au Département de physique du Cégep Sainte-Foy, Mathieu Fortin complète actuellement un diplôme de doctorat en optique théorique à l’Université Laval, portant sur la génération de faisceau optique courbé.
 
Auparavant, il a également complété un baccalauréat en Génie physique, et une maîtrise en Optique théorique dans cette institution.
 
Il a collaboré auprès de Sylvie Daniel et Jean-Nicolas Ouellet, respectivement du Département des sciences géomatiques de l’Université Laval et du CIMMI, au développement de l’outil Parallèle, dont il a également testé l’efficacité au sein de ses classes de physique.

 

 

Marie-Renée Fountain

Professeure, Faculté des sciences de l'éducation, Université Laval
 
Marie-Renée Fountain est professeure en technologie et en technoscience en éducation, avec un vif intérêt pour la génétique ainsi que la biopolitique.
 
Ses problématiques de recherche concernent la politisation et la complexification : 1) de l’équité digitale et de la fondation pour le logiciel libre (Free Software Movement FSM) ; et 2) de l’engagement critique et créatif à l’égard des controverses technoscientifiques (via le Actor Network Theory et les concepts de normalisation et de savoir/pouvoirde Foucault). Ses travaux de recherche ainsi que ses cours (à tous les niveaux, voire au 1, 2, et 3 cycle) tentent de refléter la philosophie du logiciel libre et sont appuyés d’un recours exhaustif aux wikis.
 
Elle s’intéresse plus particulièrement à la question de l’accessibilité radicale des wikis pour l'enseignement et à des problématiques politiques associées à l'intégration du FSM en éducation (assurer que les connaissances demeurent un bien commun durable).
 

Hugo Grondin

Adjoint du directeur général, Ville de Québec
 
Monsieur Hugo Grondin possède une formation universitaire en urbanisme (B.Sc. urbanisme en 1994) de l’Université de Montréal ainsi que deux maîtrises obtenues à l’Université Laval. Une première en aménagement du territoire et développement régional (M.ATDR en 1996) et une seconde en administration des affaires (M.B.A. en 2002).
 
Œuvrant dans le monde municipal depuis plus de 15 ans, monsieur Grondin a assumé durant cette période de nombreux mandats en lien avec la transformation organisationnelle.  Depuis février, il occupe la fonction d’adjoint au directeur général de la Ville de Québec. Dans cette nouvelle fonction, il est notamment responsable de projets visant l’amélioration de la performance de la Ville.
 

Françoise Guénette

Journaliste indépendante et animatrice
 
Françoise Guénette est journaliste indépendante et animatrice.
 
Elle a été reporter à la radio de Radio-Canada, co-rédactrice en chef du magazine La Vie en rose et animatrice de quelques émissions de télévision dont Droit de parole à Télé-Québec.
 
Elle vit à Québec où elle a été de 2001 à 2011 chroniqueuse à la à la radio de Radio-Canada.
 
Depuis 15 ans, elle anime régulièrement des assemblées publiques et débats, entre autres au Musée de la civilisation.
 

Jean-François Gauthier

Président-directeur général, Institut sur la gouvernance numérique
 

Expert en relations gouvernementales, passionné du service public, Jean-François se consacre depuis les dernières années aux approches de gouvernement ouvert. 

Au début 2012 il fonde le collectif citoyen « démocratie ouverte » avec des partenaires internationaux. Maintenant implanté en France, en Tunisie, en Belgique et en Suisse, ce groupe de réflexion, d’accompagnement et d’influence vise l’appropriation du concept et le partage des meilleures pratiques mondiales en gouvernement ouvert au sein de la francophonie. 

À l'automne 2012, il est celui qui rassemble le groupe des "13 étonnés" qui veut relancer un dialogue collectif autour de l'urgence de doter le Québec d'un plan numérique. 

En avril 2013 il crée un nouvel OBNL, l'Institut de gouvernance numérique, sous la présidence d'honneur de Michel Cartier. 

Monsieur Gauthier accompagne les organisations publiques et privées dans l’élaboration de stratégies et la mise en œuvre de la gouvernance requise pour maximiser les bénéfices concrets associés à la transparence, de la participation et de la coopération active des parties prenantes.

Il est aussi un conférencier enthousiaste qui sait communiquer les messages qui permettent à l’auditoire de s’approprier la portée des opportunités offertes par la mise à profit de ces nouvelles approches.

Jean-François a œuvré dans la fonction publique, dans des cabinets politiques, comme lobbyiste-conseil, dans le secteur des technologies auprès de petites, moyennes, et grandes entreprises et organisations. Tout ce bagage lui a permis d’acquérir une compréhension à la fois stratégique et fine des enjeux qui entourent la mise à profit des technologies et la gouvernance de l’information dans le contexte de l’administration publique.

 

Jean-Nicolas Ouellet

Chercheur en vision artificielle, Centre de transfert collégial en imagerie multimédia et médias interactifs
 
Dr. Ouellet a obtenu le diplôme d’ingénieur en génie informatique de l’Université Laval en 2002 et le doctorat en génie électrique de l’Université Laval en 2011. Depuis 2010, il est ingénieur-chercheur au centre de recherche en imagerie numérique et médias interactifs, le CIMMI, où il supervise et réalise des projets innovants touchant plusieurs aspects de la vision numérique, allant de la segmentation automatique en imagerie médical jusqu’à la reconstruction 3D à partir d’images.
 
Ses projets multidisciplinaires sont le fruit de collaborations avec le milieu privé et universitaire. Depuis 2011, il est professeur associé au département de génie électrique et génie informatique où il met de l’avant des projets d’assistance visuelle qui s’appuie sur les plateformes mobiles et la réalité augmentée. Il est impliqué dans l’organisation de colloques et est également évaluateur pour plusieurs revues et conférences scientifiques. Ses intérêts de recherche se concentrent, sans s’y limiter, sur la géométrie 3D, le calibrage et le positionnement de capteurs multi-caméra, la reconstruction d’objets et la segmentation automatique d’images.
 

Dave G. Pelletier

Directeur général, ZAP Québec
 
Directeur général de ZAP Québec, cofondateur de Capitale Ouverte et de Québec Ouvert. Il s'intéresse à la communication politique, à la citoyenneté numérique, aux usages sociaux et culturels des technologies et à leur démocratisation.
 
Il a contribué à divers projets pour l'Université Laval, l'Université du Québec, l'ÉNAP, la TELUQ, l'UQAM. l'UQAR et l'Université de Winnipeg touchant les arts technologiques, les réseaux technologiques communautaires, l'Open Source, le eLearning, l'Open data, la sémiotique des technologies, le traitement médiatique ainsi que la démocratisation de la communication.
 
Il participe actuellement au développement d'un laboratoire vivant centré sur la question de la Ville intelligente et de l'engagement citoyen.
 

Pascal Plantard

Anthropologue, CREAD-M@rsouin, Université de Rennes 2
 
Educateur spécialisé de formation initiale, Pascal Plantard a fini cette première formation professionnelle à l’Université de Montréal et au Massachusetts Institute of Technology (MIT) où il rencontré Seymour Papert, mathématicien, informaticien et éducateur américain, pionniers des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE) et père de Logo (premier langage informatique à visée délibérément éducative).
 
En rentrant du Québec, avec quelques collègues, ils ont constitué le GRISE (Groupe de Recherche sur l’Informatique en Sciences de l’Éducation) en 1986. Dès sa création, ils y ont monté des dispositifs d’éducation spécialisée, de prévention, de formation et d’insertion médiatisés par ordinateur. Notre approche des technologies visait à ne pas réduire la pédagogie à la sphère cognitive et l’ordinateur à une machine strictement logique. Tant l’une que l’autre sont aux prises avec l’inconscient et le lien social. Cette posture théorique était cohérente avec les travaux de l’équipe « savoirs et rapport au savoir » de l’Université Paris X Nanterre qui m’a accueilli dès 1989, pour une thèse de doctorat sous la direction de Monique Linard, professeure de sciences de l’éducation. Cette thèse, intitulée « Approche Clinique de l’Informatique » a été soutenue en 1992. Elle s’appuie sur ses expériences d’usages des TIC auprès d’enfants et d’adolescents en situations difficiles (décrochages scolaires, déficiences, maladies mentales, violences sociales), de toxicomanes et d’adultes bénéficiaires du RMI.
 
Dans les années 1990, j’élargis mon approche de la médiatisation dans la relation d’aide aux adultes à l’insertion par l’activité économique (IAE) avec la FNARS (Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale). Dès 1992, je participe à la conception et à la mise en place de la formation des encadrants techniques (ETAIE).
 
En 1997, je suis recruté comme Maître de Conférences à l’Université Rennes 2 – Haute-Bretagne. J’y ai patiemment construit une filière de formation qui comprend 3 diplômes et 5 années d’études. Cette filière intitulée USETIC/TEF (Usages sociaux et éducatifs des technologies de l’information et de la communication/Technologies pour l’éducation et la formation) forme essentiellement (en DEUST et en Licence Professionnelle) des animateurs multimédia et (en Master) des ingénieurs pédagogiques et des chargés de mission « usages ».
 
Au niveau de la recherche, il est membre du conseil d’unité du CREAD (Centre de Recherche sur l’Éducation les Apprentissages et la Didactique – EA 3875) et du Conseil Scientifique du GIS M@rsouin.
 

Stéphane Roche

Professeur, Département des sciences géomatiques, Université Laval
 
Stéphane Roche est professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval, où il enseigne les Systèmes d’information géographique (SIG), la cartographie et la Société de l’information géographique. Il s’intéresse à l’exploration des relations entre les concepts d’ « Habilitation spatiale » et d’engagement des citoyens dans le contexte des villes intelligentes et des infrastructures urbaines durables. Il participe actuellement à divers projets de recherche subventionnés (CRSH, CRSNG, FRQNT, FRQSC) portant sur l’analyse des relations entre l’espace et les sociétés humaines sou s l’angle du développement du Géoweb participatif, l’évaluation de la qualité des données issues de l’information géographique volontaire et des contenus géographiques générés par les usagers et la conception de solutions de géocollaboration (SIG participatif, WikiSIG…) pour supporter l’aménagement participatif et le Géodesign.
 
Stéphane fut le coordonnateur avec Claude Caron (Université de Sherbrooke) du livre “Organizational Facets of GIS”, publié en 2009 aux éditions John Wiley and Sons. Il a également été le coordonnateur invité (avec Rob Feick de l’University of Waterloo) du numéro spécial (vol.64, n.1) sur l’Information géographique volontaire de la revue GEOMATICA; et plus récemment le coordonnateur invité (avec Mike Goodchild, University of California, Santa-Barbara) du numéro spécial (vol.22, n.2) de la Revue internationale de Géomatique consacré au Géodesign. Stéphane est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec et sert, entre autres, sur les conseils d’administration du Fond Joncas (Ordres des arpenteurs-géomètres du Québec) et de l’Association de géomatique municipale du Québec (AGMQ).
 

Raymond Séchet

Vice présidente du Conseil scientifique, recherche et valorisation, Université de Rennes 2
 
Forte d'un doctorat en Géographie sociale obtenu en 1986, Raymond Séchet est professeure en géographie à l'Université de Rennes 2, où elle agit également à titre de vice-présidente du Conseil scientifique, Recherche et de la Valorisation.
 
Elle s'intéresse tout particulièrement aux thématiques de la géographie sociale (dont les migrations interntionales liées au travail), la dimension sociale de l'aménagement, santé et territoires. Ses travaux portent également sur la pauvreté, la territorialisation des politiques publiques, l'épistémologie de la géographie, genre et espace, villes et territorialités.
 
Au fil des années, elle a rédigé 14 articles de revues à comité de lecture, 7 ouvrages, 37 chapitres d'ouvrages et réalisé plus d'une quarantaine de communications dans des colloques scientifiques.
 

Carl Viel

Président-directeur général, Québec International
 
Originaire de Québec, Carl Viel a complété un baccalauréat en économie, un certificat d'administrateur de sociétés et de gouvernance de l'Université Laval, ainsi que des formations en entrepreneurship du Massachusetts Institute of Technology (MIT), en leadership du NTL Institute et en coaching du Niagara Institute. Ayant travaillé près de 20 ans dans le secteur privé, il occupe depuis queqlues années des fonctions de gestionnaire dans différentes organisations à caractère économique. Ainsi, il a agi comme vice-président de Montréal International puis directeur général de Montréal InVivo avant de se joindre à Québec International à titre de président-directeur général.
 
Parallèlement à son travail, M. Viel s'est impliqué dans plusieurs comités et oeuvres caritatives. Très engagé dans son milieu, M. Viel est, entre autres, membre du conseil d'administration de la Fondation du CHUQ (recherche, équipement médicaux et maintien des soins de santé) et de la Fondation des étoiles (soutien de la recherche pédiatrique au Québec).