lien externe

Luc Bégin

Envoyez-nous un courriel

Quand la philosophie s'installe entre l'éthique et les TIC

 
Alors qu'il fondait, il y a deux ans, l'Institut d'éthique appliquée (IDÉA), rattaché à cinq facultés de l'Université Laval, Luc Bégin, lui même professeur à la Faculté de philosophie, n'avait pas nécessairement les technologies de l'information en tête. « Notre institut est multidisciplinaire. Il a un axe sur les sciences et la biotechnologie. Il a aussi un axe sur l'éthique publique et organisationnelle... par exemple, l'institutionnalisation de l'éthique dans les milieux de travail », nous explique-t-il, dans son bureau qui jouxte celui de l'institut, qui semblent flotter, comme on imagine parfois la pensée des sages, vis-à-vis le faîte des majestueux conifères qu'on peut admirer de par les fenêtres du quatrième étage de la tour Félix-Antoine-Savard du campus de l'Université Laval.
 
C'est en donnant un exemple à ce propos, l'éthique au travail, que le chercheur universitaire nous prouve que l'éthique et la philosophie ne sont pas si loin qu'on le pense du monde des technologies de l'information et des communications (TIC). « Dans notre axe éthique au travail, on s'intéresse par exemple aux résistances du milieu informatique à se doter d'un cadre éthique. C'est d'ailleurs un objet de recherche qui fait partie du projet Pantopia », précise-t-il au passage. Pantopia est le nom d'un futur pavillon que l'ITIS souhaite faire construire sur le campus de l'Université Laval, dédié aux défis de la simulation intégrale et intégrant des technologies immersives de pointe.
 

L'éthique et la protection de la vie privée sur Internet


Effectivement, pour un chercheur en sciences humaines, l’existence du Net n’est rien de moins que l’apparition inespérée d’un laboratoire vivant exceptionnel : ce nouveau monde parallèle, virtuel, dans lequel les humains ont tout le loisir d’agir autrement que dans la vraie vie, le vrai monde, n’offre-t-il pas une occasion idéale de sonder en profondeur la nature humaine comme jamais auparavant?
 
Voilà un contexte de recherche qui n’échappe pas à Luc Bégin et à certains autres membres de l'IDÉA, dont il est toujours le directeur. Pensons simplement à tout ce qui touche aux problèmes de la confidentialité sur Internet : « Le monde des technologies de l'information ne s'est pas encore préoccupé suffisamment d'éthique. On ne voit d'abord que le beau côté de la chose. Par exemple, n'avons-nous pas découvert que le téléphone cellulaire doté d'une caméra devient aussi un instrument agressant, une catastrophe à mes yeux, dans certaines situations où l'intimité et le respect de la vie privée sont bafoués. Plus banalement, quand je pense à la simple création d'une banque de données informatisées. Oui, c'est toujours intéressant, mais pour qui ? Ce n'est jamais neutre ! », analyse le chercheur universitaire.
 
Existe-t-il une e-éthique? « Moi, je hais tous les ''e'' quelque chose (...) L'éthique, particulièrement, ne se conjugue pas d'une façon pour les communications et d'une autre dans d'autres domaines », réagit d'abord Luc Bégin promptement. « Aux facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, à Namur, en Belgique, il existe un centre spécialisé en éthique. C'est une bonne porte d'entrée européenne en la matière (...) De plus en plus d'entreprises, d'organismes à travers le monde annoncent fièrement se doter de code d'éthique, notamment en matière de TI. Souvent, ça ne sert qu'à se donner une bonne image », prévient-il avec un scepticisme certain.

 
Quelle est la différence entre éthique, code d'éthique et code de déontologie?


Éthique, code d'éthique, code de déontologie... mais de quoi parlons-nous au fait? Effectivement, la philosophie nous est ici d'un grand secours!
 
D'abord, il ne faut pas mélanger éthique et étiquette. L'étiquette, c'est ce qui a rapport à la bonne conduite... Secundo, il ne faut pas mélanger code d'éthique et code de déontologie. Ce qui distingue les deux, c'est qu'un code de déontologie est assorti de sanctions, comme la réprimande, voire la radiation, et se rattache à un devoir, une obligation. Le code d'éthique, lui, relève du code d'honneur. « Le code d'éthique exprime un engagement réel des personnes qui doit bonifier, aux yeux des autres, notre pratique. C'est plutôt de l'ordre d'exprimer des valeurs devant guider nos pratiques », détaille Luc Bégin.
 
Alors qui sont les gardiens de l'éthique dans la société? « Nous le sommes tous! Lorsqu'il est question d'événements d'intérêt public, les premiers chiens de garde sont les journalistes », répondra-t-il en poursuivant sur la difficulté de distinguer entre éthique et morale. « Éthique vient du grec ethos et morale vient du latin mores. Et les deux renvoient aux moeurs, c'est-à-dire aux règles plus ou moins explicites auxquelles adhèrent des individus en société. »
 
Que signifie, alors, avoir une préoccupation éthique? « En deux mots, je dirais avoir le souci de l'autre. C'est d'être attentif aux conséquences potentielles de nos actes sur les autres; d'être attentif aux codes et normes présents dans nos champs d'action (...) C'est l'opposé de l'usage de la force, qui consiste à obtenir ce que l'on souhaite en faisant fi de l'autre (...) Le contraire d'une préoccupation éthique serait l'absence du souci de l'autre, un manque humanité. »
 
Ce qui l'amène à une grande question : la place du virtuel versus le réel face aux TI ? « Une de mes grandes interrogations, face aux technologies de l'information, c'est de savoir quelle représentation du lien social demeure - ou va se développer - avec l'utilisation de ces moyens-là ? »
 
Sachant que l’humanité joue de plus en plus dans le virtuel, on peut assurément dire avec lui que oui, la philosophie est la bienvenue pour policer ce nouvel univers! Mais pour l’instant, il faut bien reconnaître que les sources de régulation dans Internet font plutôt face à la ''philosophie'' de l’absence de contrainte, au ''règne'' de la gratuité dans tous les sens du terme et de tous les excès qu’il permet !
 
Mais l’Internet ne vivra pas éternellement dans l’âge du Far West et devra grandir dans des règles. Et comme dans un sens - plus commun - on procède à l’installation d’un système informatique ou d’un logiciel, on peut aussi dire que la philosophie est en train de s’installer, lentement mais dignement, grâce à l’apport de l’éthique à la bonne marche de l’univers des TIC.
 
Nous laisserons cependant le mot de la fin à notre chercheur. Justement, en tant que professeur-chercheur de philosophie, quel est son feeling général à lui, face aux technologies de l’information ?
 
« Je ne panique pas! Mais je suis loin d'être d'un optimisme béat. Je reconnais l'énorme potentiel de démocratisation, mais je demeure grandement vigilant face aux excès de licence des dérapages possibles », concluera sereinement Luc Bégin.