lien externe

Tito Dupret

Envoyez-nous un courriel

Toutes les merveilles du monde en un clic

 
Depuis l’automne 2009, le LAMIC – le Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture – accueille un doctorant en muséologie dont la réputation d’excellence n’est plus à faire. Le réalisateur belge Tito Dupret entend bien profiter de son passage de trois ans à l’Université Laval pour faire prendre un nouveau virage à son site Internet Patrimonium-mundi.org, un projet ambitieux qui permet au monde entier d’avoir accès en un clic aux trésors de la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco grâce à une technique encore peu connue, la panophotographie.
 
La panophotographie est une image 360 degrés immersive et interactive. Rien à voir avec une image panoramique traditionnelle. « On est comme dans une bulle qui reproduit un espace lointain, car le lieu comprend à la fois le zénith et le nadir. Ce qui donne l’impression d’être dans une sphère. En cliquant dans la photo, vous tournez autour de la scène, vous pouvez aussi zoomer sur les détails ou dézoomer pour avoir plus de perspective », d’expliquer le chercheur.
 
À l’heure actuelle, le site Web contient plus de 2 200 clichés pris dans près de 300 sites du patrimoine mondial. En un clic, l’internaute peut passer de l’impressionnante muraille de Chine, aux restes d’une église byzantine à Jerash en Jordanie, à la Bibliothèque d’Alexandrie, aux mosquées du Caire, aux Pyramides d’Égypte, etc. en passant même par la ville de Québec où l’on retrouve de superbes clichés de la Place royale et de la Basilique Notre-Dame.
 
« En muséologie, explique-t-il, le grand défi est d’amener le visiteur à l’artefact, donc sur les lieux de l’exposition. Dans mon cas, c’est l’inverse : je voudrais, par ce projet, amener ce qui n’est pas muséable vers le visiteur, lequel n’a pas la chance d’effectuer le tour du monde en permanence. »
 
En 2002, le panophotographe s’est vu conférer l’immense privilège de pouvoir effectuer des prises de vue dans le célèbre tombeau du pharaon Seti d’Égypte, fermé au public depuis 10 ans : une prérogative offerte par le gouvernement égyptien. Nul doute que la grande notoriété dont jouit le photographe a joué en sa faveur. « J’ai en effet acquis une certaine crédibilité grâce à des invitations à des conférences prestigieuses et à une très belle revue de presse », dit-il. En effet, des médias tels que The New York Times, France Inter, CNN et plus près de chez nous l’émission Découverte, à la télévision de Radio-Canada, ont encensés ces travaux. Une belle consécration.
 

Augmenter l'expérience d'immersion grâce à la panophotographie

 
Pour l’heure, Tito Dupret a choisi de mettre de côté les voyages pour s’établir à Québec avec sa famille. Le LAMIC et son directeur, Philippe Dubé, lui ont ouvert toutes grandes les portes. « Nous nous sommes rencontrés lui et moi lors de son passage au Centre du Patrimoine mondial à Paris où je travaillais en 2005 (M. Dupret orchestrait la refonte du site Web de l’organisation) et nous avons immédiatement sympathisé. À tel point que j’ai décidé, de passage à Québec pour la session du Comité du patrimoine mondial en 2008, d’en profiter pour visiter le LAMIC et M. Dubé qui m’a invité à jeter les bases d’un éventuel doctorat. »
 
« Je souhaite, grâce à des dispositifs muséaux dédiés, augmenter l’expérience d’immersion et apporter aux visiteurs du site de l’information supplémentaire. Donc, en cliquant sur une image, je voudrais qu’ils obtiennent toute l’information nécessaire, ce qui n’est pas le cas actuellement. Éventuellement, chaque panophoto, un objet fondamentalement multimédia, devrait être accompagnée de texte, de son, d’image 2D, 3D, d’images animées, bref autant d’artéfacts numérisés susceptibles d’enrichir l’espace muséal et patrimonial capté sur le terrain. Ainsi, cela permettrait à l’internaute de les regarder d’un œil nouveau et d’accéder à une connaissance sur un mode neuf et différent parce que riche d’une multitude de médias, d’objets, d’entrées et de sorties vers l’information. »