lien externe

Rosemarie McHugh

Envoyez-nous un courriel

Apprivoiser les TIC

 
Rien ne prédestinait Rosemarie McHugh, étudiante à la maîtrise en géomatique à l’Université Laval, à faire carrière dans les technologies de l’information. Pourtant, la jeune diplômée vient de faire son entrée dans  la prestigieuse firme de consultants CGI à Québec au poste d’analyste fonctionnelle en géomatique.
 
« Cela m’étonne vraiment de me retrouver dans une entreprise en TI, explique Rosemarie McHugh. J’ai toujours aimé la géographie et les mathématiques, mais tout ce qui touchait l’informatique ne m’intéressait pas vraiment. » Au cégep toutefois, une conseillère en orientation lui suggère de s’inscrire au baccalauréat en géomatique, programme dont elle n’avait jamais entendu parler avant. Mais elle décide quand même de se lancer.
 
La première année universitaire à Laval n’est cependant pas de tout repos pour la jeune étudiante. « J’éprouvais certaines difficultés en informatique, domaine que je ne maîtrisais pas très bien et avec lequel je n’étais pas très familière, se rappelle-t-elle. Mais j’ai lentement appris à me débrouiller et à finalement aimer l’informatique. » C’est aussi là qu’elle a fait la connaissance du professeur Yvan Bédard, qui est devenu par la suite son directeur de maîtrise.
 
Sous sa gouverne, Rosemarie McHugh a gagné du galon en prenant part à divers projets de grande envergure en TI dont un, en partenariat avec le ministère des Transports du Québec, portant sur l’érosion des berges. Cette participation lui a valu la chance de présenter le rapport final au Colloque Géomatique 2006, à Montréal. En juin de l’an dernier, elle a aussi été invitée à présenter un autre projet impliquant les technologies SOLAP et PPGIS au Colloque SAGEO 2007 à Clermont-Ferrant, en France, en compagnie d’un de ses professeurs, Stéphane Roche.
 
Mais c’est sa participation au GéoCongrès international 2007, à Québec, qui lui a ouvert les portes de CGI. « J’y étais pour présenter mon projet de maîtrise - portant sur l’intégration de la structure matricielle dans les cubes spaciaux – et c’est là que j’ai été approchée par un membre de l’entreprise pour me joindre à leur équipe : une belle offre que j’ai accepté. Ça été une grande chance à laquelle je ne m’attendais pas et j’en suis vraiment très fière!»