lien externe

Jean-François Rougès

Envoyez-nous un courriel

Le manager visionnaire

 
Ces dernières années, les progrès technologiques ont métamorphosé les entreprises. Et on n’a encore rien vu!, prévient Jean-François Rougès, doctorant en management à l’Université Laval. Pour cet audacieux explorateur des modèles d’affaires, intégration des TI et performance des PME vont de pair.
 
Porté par un dynamisme puissant, Jean-François Rougès est intarissable lorsqu’il parle de management. Il faut dire que l'étudiant au doctorat possède déjà un solide bagage.
 
Diplômé d'une école supérieure de commerce française, Audencia Nantes, et détenteur d'un MSc en management de l'Université Laval, il a débuté sa fructueuse carrière il y a plus de dix ans dans une firme de consultants de Québec, le Groupe Martin Forest, qui se spécialise dans l'accompagnement du changement stratégique.
 
Auprès de Martin Forest, son mentor en consulting, il apprend le métier et contribue même à fonder la filiale française du cabinet. En plus de son rôle de consultant, il y assure la veille technologique et stratégique, son dada.
 
« Ce qui m’amuse est de prendre une technologie et de me demander de quelle manière elle peut transformer un modèle d’affaires. C’est évident que les TI sont un facteur majeur de changement dans l’industrie : elles transforment radicalement les secteurs d’activités. Regardez seulement ce qui se passe du côté de la musique. Bien des entrepreneurs sous-estiment encore les opportunités de transformation induites par les technologies. Ils se méfient des vendeurs. Probablement ont-ils un peu raison. Mais bien utilisées, les TI sont des leviers puissants pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs d’affaire. »
 
Toutefois, le milieu universitaire lui manque et en 2006, il s’inscrit au doctorat et devient chargé de cours en stratégies des modèles d’affaires. « Le milieu universitaire est fabuleux et j’aime l’enseignement, dit-il. Quand tu réussis à libérer le côté créatif et audacieux de tes étudiants, c’est formidable! L’université est un milieu foisonnant où il y a place à l’entrepreneuriat et où l’on retrouve un petit côté révolutionnaire en permanence. »
 

Améliorer la performance des PME

 
Son principal projet de recherche, piloté par les professeurs Diane Poulin, Benoit Montreuil et Sophie D'Amours porte justement sur la façon dont les TI peuvent améliorer la performance des PME.
 
« Notre travail est d’accompagner et de supporter des entreprises dans leur évolution technologique. Les PME n’utilisent pas suffisamment les TI alors que dans le contexte hyper concurrentiel actuel, il s’agit d’un puissant levier de performance. Le problème est que les entrepreneurs n’en sont pas nécessairement convaincus. On accompagne six PME dans leur intégration stratégique des TI et on les aide à réinventer leurs modèles d’affaires à partir des TI. En échange, les entrepreneurs deviennent des ambassadeurs et nous mettrons en place une démarche de communication pour qu’ils fassent part de leur expérience pour convaincre d’autres gens d’affaires de faire de même. C’est génial comme projet et ça m’amuse vraiment. Et quand je m’amuse, c’est là que je suis performant : l’énergie me vient du plaisir. »