lien externe

Patrick Plante

Envoyez-nous un courriel

Le techno-pédagogue

 
Patrick Plante fait partie de ces véritables natifs du nouveau monde numérique. Étudiant au doctorat en technologies de l’éducation à l’Université Laval, la démocratisation des TI a joué un rôle majeur dans son cheminement académique. Bidouilleur informatique à ses heures, ce sont maintenant des questions beaucoup plus techno-pédago-philosophiques qui font réfléchir le jeune chercheur.
 
Féru d’histoire et s’intéressant de près à tout ce qui touche à la question de la citoyenneté, Patrick Plante se vouait dès son entrée au baccalauréat en histoire à une brillante carrière de professeur au collégial. Mais au milieu des années 1990, la démocratisation en force du PC allait lentement modifier sa trajectoire.
 
À sa sortie du baccalauréat, débiné par le peu de postes d’enseignants alors disponibles et fermement décidé à ne pas tourner en rond plus longtemps, il revient vers son alma mater et s’inscrit au certificat en technologies éducatives, certificat qui se commuera rapidement en maîtrise. « Comme bien des jeunes de mon âge, je m’intéressais aux ordinateurs et j’y ai appris à fabriquer des CD Rom et des sites Web, mais je m’intéressais surtout aux outils techno versus l’usage et l’impact qu’ils pouvaient avoir sur l’apprentissage et la pédagogie », explique-t-il.
 
C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Renée Fountain, professeure en sciences de l’éducation et membre de l’ITIS. Constatant son vif intérêt pour les projets alliant pédagogie et TI, elle l’incite à s’inscrire au doctorat. Le jeune étudiant se voit par la même occasion invité à participer à un tout nouveau projet piloté par Mme Fountain - qui devient sa directrice de thèse - et un groupe de professeurs.
 
« C’était un projet super, s’emballe-t-il. Cela alliait tout ce qui me passionnait, car il portait sur la participation citoyenne des étudiants au collégial en rapport avec des controverses sociaux-techniques comme l’usage du téléphone cellulaire. »
 
Pour lui, il ne fait pas de doute que les technologies de l’information ont un rôle important à jouer dans les écoles, et qu’elles ne constituent pas de simples outils pédagogiques. « J’étudie maintenant les multiples conceptions des TI en éducation. Lesquelles sortent du sens commun? Dans quelle mesure les technologies véhiculent-elles nos valeurs? À quel point peuvent-elles faire changer notre société? Je m’attaque à de grandes questions philosophiques et il est important d’y réfléchir, car les TI sont déjà dans nos classes. C’est maintenant qu’il faut s’arrêter et tenter de comprendre comment elles contribuent à former les adultes de demain. »