lien externe

Colloque 2008 de la SoQibs

Envoyez-nous un courriel

La e-Santé au coeur du colloque de la SoQibs

 
L’informatisation du système de santé a été au cœur des discussions lors du colloque annuel de la SoQibs – la Société québécoise d’informatique biomédicale et de la santé – les 22 et 23 mai à Drummondville.
 
Ce forum qui vise à rassembler tous les acteurs intéressés par l’informatisation du réseau de la santé et des services sociaux du Québec a permis aux participants – encore plus nombreux qu’au colloque de l’an dernier – de débattre des grands enjeux de ce domaine touchant la e-santé.
 
En fait, précise le Dr Jean-Paul Fortin, chercheur membre de l’ITIS et président de la SoQibs, l’organisation a fait en sorte que les discussions demeurent « au-dessus des traditionnels intérêts organisationnels et corporatifs. »
 
« Ce colloque, qui a été organisé dans la même foulée que le précédent en 2007, est davantage vu comme faisant partie d’une stratégie visant la mobilisation et le maillage de ce que j’appelle les forces vives du milieu, soit ceux et celles qui œuvrent dans le domaine de la santé et qui sont intéressés à relever ce défi collectif que représente l’informatisation du réseau de la santé », explique Dr Fortin, qui est également professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université Laval.
 
Le Dr Fortin insiste sur un point : la raison d’être de la SoQibs n’est surtout pas de promouvoir « les bidules technologiques », comme il le dit lui-même, mais de sensibiliser, informer et supporter les intervenants de la santé préoccupés par les finalités tant clinique, administrative, de recherche que de santé publique.
 
« Au Québec, on consacre actuellement beaucoup plus d’énergie et d’argent pour le développement et la mise en place de grandes infrastructures et architectures informatiques, que pour augmenter la capacité d’assurer les principales conditions d’adoption de systèmes centrés sur les suivis systématiques des patients ou la prévention et gestion de leurs maladies chroniques dans un contexte de réseaux locaux de services (RLS), par exemple. Ça, c’est un enjeu de taille et c’est une question sur laquelle nous nous sommes penchés lors du colloque. »
 

Des constats


Tout d’abord, le Dr Fortin s’est réjoui de la présence d’autant de participants et des principaux partenaires à l’événement, soit l’AMQ – l’Association médicale québécoise -, l’AQIISTI – l’Association québécoise des infirmières et infirmiers en systèmes de technologies de l’information et de l’AGIRS – l’Association des gestionnaires en informatique du réseau sociosanitaire –, ce qui, selon lui, démontre que les acteurs du réseau se sentent réellement interpellés par le sujet.
 
« Le colloque de cette année aura permis non seulement de contribuer à la mobilisation et au maillage des gens sur le terrain ainsi que de plusieurs décideurs centraux, régionaux et locaux, mais aussi de partager des connaissances : c’est essentiel, insiste-t-il. Les participants ont aussi eu l’occasion de parler des expériences vécues, de partager de l’expertise et de partager leurs réalisations. »