lien externe

Conférence de Ronald Beaubrun au Réseau Action-TI

Envoyez-nous un courriel

Des cellulaires à faire rêver

 
Le marché de la téléphonie mobile n’a pas fini de nous en mettre plein la vue. Chaque année voit l’arrivée de centaines de nouveaux prototypes plus éclatés les uns que les autres. Si certains parviendront jusqu’aux consommateurs, d’autres demeureront à l’état de projet. Quoi qu’il en soit, les grands de l’industrie du téléphone cellulaire vont continuer à nous offrir des produits à faire rêver, croit Ronald Beaubrun, professeur au Département d'informatique et de génie logiciel de l'Université Laval.
 
 
Invité du Réseau ACTION TI, le professeur Beaubrun s’est exprimé sur le sujet dans le cadre de la conférence intitulée Le futur de la téléphonie cellulaire : mythe ou réalité?, le 28 janvier 2009 au Musée des beaux-arts de Québec.
 
En première partie de conférence, M. Beaubrun a retracé les débuts du sans fil. Vous souvenez-vous de l’un des premiers téléphones cellulaires lancé en 1983 par le géant Motorola? La bête, qui pesait deux livres, se détaillait 4 000 $ US. « Au moins, les gens en avaient pour leur argent!, a blagué le conférencier. Cet appareil était muni d’une antenne si puissante qu’elle pouvait provoquer le cancer du cerveau. » Rien pour rassurer le consommateur qui n’en savait cependant rien à l’époque.
 
En fait, a expliqué M. Beaubrun, le tout premier téléphone portable au monde serait apparu à Chicago, en 1979. Il faudra toutefois attendre le début de la décennie 1990 pour voir apparaître la deuxième génération de sans fil : une véritable révolution, puisque le marché passe à ce moment-là de l’analogique au numérique. « Ces nouveaux produits étaient plus petits, plus légers et plus compacts, rappelle Ronald Beaubrun. Ils étaient également plus fonctionnels et permettaient l’affichage, le transfert d’appels et l’appel en attente. L’évolution du nombre d’abonnés a alors connu une croissance exponentielle. »
 
À la fin des années 1990, une autre percée est venue révolutionner le milieu de la téléphonie sans fil : Internet. « Cela a marqué le début d’une génération moins connue, la génération 2.5, et l’usage d’une nouvelle devise : anytime, anybody, anywhere. Nous avons commencé à parler de mobilité globale, c’est-à-dire que nos appareils ont commencé à nous permettre de rejoindre qui que ce soit, à la grandeur de la planète. » Toutefois, le talon d’Achille du marché demeure : les frais de service élevés.
 
À la fin de 2001, l’arrivée de la troisième génération de sans fil a été marquée par le développement d’une foule de nouvelles applications comme les jeux sans fil en réseau « très lucratifs car très utilisés par les jeunes », la messagerie mobile (courriels) et le partage d’images et de vidéos notamment.
 
La technologie se raffine à un point tel qu’il devient désormais possible d’effectuer des transactions bancaires à partir de son cellulaire. Au Japon, les chercheurs développent des technologies parmi les plus éclatées au monde. Une application permet aux propriétaires de téléphone sans fil de se procurer une boisson gazeuse d’une distributrice à partir de son appareil. « Cela a connu un succès fulgurant! », explique Ronald Beaubrun.
 

Technologies émergentes


Tous le savent, les recherches pour améliorer et perfectionner le sans fil se poursuivent à un rythme effréné dans les pays industrialisés. M. Beaubrun estime qu’au chapitre des technologies émergentes, celles qui sont susceptibles de grandir en popularité sont :

Que nous réserve le futur?


La grande question maintenant : que nous réserve le futur de la téléphonie sans fil? « La quatrième génération, qui n’existe pas encore, nous offrira des services vraiment personnalisés, en lien avec le profil de l’utilisateur, croit Ronald Beaubrun. Cela sera rendu possible, dit-il, grâce au numéro unique qui sera éventuellement attribué à chaque être humain à sa naissance. »
 
À venir donc:
  • Le téléphone vert : un sans fil socialement responsable, fait à partir de matières réutilisables et qui ne génèrera aucun déchet.
  • Nouvelles technologies d’affichage : technologie qui consommera moins de puissance et qui prolongera la durée de vie de l’appareil.
  • Design remodelé : une compagnie s’est lancée dans la création d’un prototype appelé Watch Phone. Le téléphone mobile se portera au poignet et sert à la fois de montre.
  • Fonctionnalités additionnelles : le sans fil pourra servir de projecteur, de détecteur et d’afficheur du rythme cardiaque, et même de lecteur de code-barres.
  • Location-aware Services : votre portable vous connaîtra mieux que vous-même. Il saura ce que vous aimez manger, le genre de musique que vous écoutez, les restaurants et boutiques que vous fréquentez. Il pourra donc guider vos choix, vous indiquer la route à suivre pour vous rendre au restaurant le plus près et pourquoi pas vous informer que tel commerce offre des soldes lorsque vous passez devant.
  • L’Attentive Services : vous devez quitter votre foyer au beau milieu de votre émission de télévision favorite? Qu’à cela ne tienne. Elle vous sera automatiquement transférée sur votre cellulaire.
  • Interrogation à distance : reste-t-il du lait dans le frigo? Avant de quitter le boulot, passez un petit coup de fil à votre réfrigérateur à partir de votre sans fil et ce dernier fera la vérification pour vous. Fiston vient de s’emparer de la dernière tranche de pain? Votre cellulaire vous en avisera sur le champ!
« Dans un futur pas si lointain, a expliqué Ronald Beaubrun en conclusion, la téléphonie sans fil introduira le concept de commerce ultime, un monde où l’activité économique sera omniprésente, illimitée et universelle. Plusieurs indices nous laissent croire que le téléphone cellulaire sera un jour notre carte-soleil, notre permis de conduire et même notre passeport. Oui, le sans fil offrira des possibilités infinies. »