lien externe

Conférence de Stéphan Gauvin au Réseau Action-TI

Envoyez-nous un courriel

Le Web 2.0 prend sa place

 
Les gens d’affaires doivent-il se préoccuper de la popularité grandissante des réseaux sociaux virtuels comme Facebook et mySpace? Absolument, croit Stéphane Gauvin, chercheur au Département de marketing de l’Université Laval. « Ce genre de site représente des défis substantiels : le Web social est partout et il change tout. »
 
Invité à prendre la parole devant les membres du Réseau ACTION TI le 25 février dernier à Québec dans le cadre de la conférence Tisser des liens à l’ère du Web 2.0, Stéphane Gauvin a d’abord tracé l’historique du Web 1.0.
 
« C’est ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le Web conventionnel, a expliqué le chercheur. Et en fait, il se passe très peu de choses intéressantes de ce côté à l’heure actuelle. Les ventes en ligne évoluent de manière constante, quoi que l’on puisse s’attendre à ce qu’il y ait stagnation au cours des mois à venir. »
 
Mais si le Web 1.0 offre peu de possibilités de développements futurs, c’est loin d’être le cas du Web 2.0, communément appelé Web social. « En 2000, les gens passaient en moyenne huit heures par semaine sur Internet. En 2008, ce nombre avait grimpé à 37 heures. Et les sites les plus fréquentés sont justement des sites sociaux comme MSN, YouTube, Wikipedia, mySpace et Facebook. »
 
« À ce sujet, poursuit-il, Facebook a été le phénomène de 2008 sur le Web. Comme usager d’Internet, il faut trouver des moyens de s’approprier ces nouvelles technologies. C’est là où se trouvent les internautes, c’est là où faut aller les rejoindre. Le nombre d’usagers de Facebook est en explosion, alors qu’il y a quelques mois à peine, les experts croyaient que les chiffres allaient stagner et que le concept allait se fatiguer. Le contraire s’est produit. Facebook demeure à ce jour le mot-clé le plus fréquemment entré dans Google. »
 

Tendances 2009

 
Stéphane Gauvin prédit également que d’autres sites connaîtront une popularité grandissante en 2009. Quelle sera la prochaine mode? Les blogues et les wikis, et très certainement le Web mobile avec ses SmartPhone et autres BlackBerry, mais aussi et surtout la télévision en ligne. Selon le chercheur, les entreprises spécialisées vont redoubler d’ardeur pour fournir aux internautes des produits toujours plus raffinés, recherchés et inusités.
 
« Ce genre de contenu est en train d’exploser sur Internet et il y a une clientèle et un marché très intéressants, estime-t-il. Le Web de demain verra un développement massif de la vidéo en ligne, avec des sites comme Hulu, CNet, CurrentTV et Ted Talk. La bande passante devra augmenter en conséquence car les internautes voudront avoir accès rapidement au contenu. Ces sites offrent un téléchargement rapide, sans publicité, et la qualité du contenu est hallucinante. Des créneaux que les gens d’affaires devront explorer car c’est là où se trouvent les consommateurs. »