lien externe

JiQ 2009

Envoyez-nous un courriel

Un appel au changement

C’est un appel au changement qu’a lancé le président de la JiQ - la Journée de l’informatique du Québec -, Mario Girard, lors de la tenue de l’événement le 11 novembre dernier au Centre des congrès de Québec. « Plus que jamais, il faut miser sur les TI pour innover et il faut cesser de se laisser distancer par les autres provinces canadiennes à ce chapitre », a-t-il déclaré en discours d’ouverture.  

Mario Girard se dit particulièrement inquiet de la situation qui prévaut actuellement au Québec, puisque notre province, dit-il, se situe au dernier rang en matière de création d’entreprises au pays.   « Les technologies de l’information sont un enjeu majeur, pas seulement au sein de nos entreprises, mais également au sein de l’appareil gouvernemental québécois. Je pense que les grandes organisations d’ici auraient avantage à faire plus de place aux petites entreprises de logiciels et ainsi leur permettre de croître plus rapidement. »  

La JiQ fait partie des grands événements en technologies de l’information au Québec. Depuis 29 ans, cet événement annuel permet de réunir en un seul endroit plusieurs acteurs du milieu des TI en province.

La Génération Internet plus intelligente, selon Don Tapscott

 
Narcissiques, paresseux, violents, incapables de se concentrer plus de deux minutes, asociaux, égocentriques. C’est en ces mots que bon nombre d’adultes et de chefs d’entreprises ont décrit la Génération Internet. Foutaise!, s’est exclamé le grand spécialiste américains des technologies, Don Taspcott, lors de la Journée de l’informatique du Québec, le 11 novembre dernier à Québec.
 
Considéré comme un gourou des Ti dans le monde, Don Tascott est aussi considéré comme l’un des plus grands experts de la Net Generation (Génération Internet). Pour lui, les jeunes de cette génération sont davantage soucieux d’éthique, de collaboration, de solidarité, d’intelligence et de ressources que les générations précédentes.
 
« Le temps occupé par les consoles ou l’Internet est du temps pris à la télé, que ma génération regardait en moyenne plus de vingt heures par semaine, a-t-il dit en conférence. Eux ne la regardent quasiment plus, en tout cas plus de façon exclusive, assis à ne rien faire d’autre. Et les plages horaires destinées aux activités extrascolaires, au sport, n’ont pas diminué. »
 
Dans sa présentation, Don Tapscott identifie avec justesse les prochains défis auxquels seront confrontées les entreprises et définit les modèles d'affaires et les stratégies nécessaires pour leur faire face. Les jeunes de la Net Generation seraient, dit-il, beaucoup moins individualistes et nettement plus enclins à travailler de manière collaborative.
 
« Des outils de partage des connaissances en ligne vont forcément changer le rapport au travail et à la propriété intellectuelle notamment. Les jeunes sont comme ça dans tous les domaines: vous avez un problème? Vous posez une question sur un forum, quelqu’un dans le monde là-dehors connaît forcément la réponse et va vous la donner gratuitement. Les jeunes misent sur la collaboration: ils mettent leurs travaux à disposition des camarades, qui s’en inspirent, les transforment, les développent. »
 
« C’est la raison pour laquelle je ne comprends pas pourquoi des organisations refusent l’accès à Facebook ou Twitte, poursuit-il. C’est complètement ridicule et totalement aberrant comme comportement de la part d’employeurs. Ils se tirent dans le pied et se privent de ressources efficaces, rapidement et gratuitement accessibles. Il faut faire confiance aux jeunes et cesser de craindre qu’ils vont passer leurs journées à chatter. C’est un mythe. »