lien externe

Semaine 2010 de la gestion des TI

Envoyez-nous un courriel

Conseils de pro pour devenir un bon gestionnaire en TI

 
Dans le domaine de la gestion des technologies, les profils de carrière sont nombreux et s’il est un métier moins bien connu dans ce domaine, c’est celui d’analyste d’affaires. À l’occasion de la Semaine de la gestion des TI à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval, la professeure et chercheuse à l’ITIS Anne Chartier a démystifié cette profession dans le cadre de la conférence Comment accéder à une carrière en TI, le 10 février 2010.
 
« Pour devenir un analyste d’affaires efficace, ce n’est pas tout d’implanter des technologies dans son entreprise, aussi faut-il développer une vision de ce que cela va induire comme changements, comme transformations, au sein de l’organisation. Pour cela, il faut être en mesure d’avoir une vision à long terme et savoir ce que sera l’entreprise dans un horizon de trois à cinq ans. Il ne faut pas perdre de vue que d’investir dans les TI nécessite des investissements importants », a rappelé la conférencière Anne Chartier, professeure au Département des systèmes d’information organisationnels de l’Université Laval.
 
Pour Anne Chartier, un bon analyste d’affaires doit savoir se remettre constamment en question et chercher à améliorer les processus d’affaires de son organisation. « Il y a deux questions qu’il doit se poser : comment faire différemment et comment faire mieux? L’analyste est un agent de transformation dans son milieu, il a la possibilité d’amener l’entreprise à agir autrement. C’est pourquoi il doit effectuer une veille technologique constante pour être à l’affût des nouveaux courants : il doit sentir le vent pour bien positionner son organisation, sinon il sera vite dépassé. »
 
La chercheure a aussi insisté sur l’importance pour un analyste d’affaires d’être un bon communicateur, puisque c’est souvent lui qui fait le pont entre la haute direction, les programmeurs, les informaticiens, les partenaires d’affaires et les utilisateurs des services. « Il faut qu’il communique efficacement et clairement avec tous ces gens, qu’il demeure à la fois en lien avec le terrain, mais aussi avec les gestionnaires et la stratégie d’entreprise. ».