lien externe

La Fabrique du numérique 2010

Envoyez-nous un courriel

Le livre en mutation

 
Avec le gain de popularité du livre numérique, l’industrie québécoise de l’édition montre des signes d’inquiétude. Le eBook gagne sans cesse du terrain et cette nouvelle réalité entraîne des transformations majeures. Les acteurs du domaine ont pu partager leurs questionnements sur le sujet lors de La Fabrique du numérique 2010, une rencontre organisée à Québec le 26 février
 
L’événement a rassemblé des gens provenant de tous les horizons : éditeurs, libraires, bibliothécaires, étudiants. Une diversité qui a à la fois surpris et enchanté l’un de ses organisateurs, René Audet, professeur au Département des littératures de l’Université Laval et chercheur à l’ITIS
 
« Quelque 65 personnes ont pris part aux échanges, des gens de partout au Québec et qui provenaient d’horizons très diversifiés, explique-t-il. Cela a grandement contribué à enrichir les discussions, les débats. »
 
La journée était avant tout orientée vers le partage d’expériences de terrain et de réflexions sur le développement de l’édition numérique générale et scientifique. L’objectif visé par La Fabrique était d’abord la mise en commun d’idées et de scénario de collaboration entre les divers acteurs de l’édition numérique.

« Le milieu de l’édition numérique vit une période de grands bouleversements et cela entraîne des questionnements de toutes parts : comment doit-on réinventer le modèle du livre pour s’arrimer à ce marché en progression? Il faut prendre position dans le débat en nous demandant ce que nous voulons, estime René Audet. Et l’un des premiers constats qui s’est dégagé est à l’effet que nul ne souhaite que les gros joueurs de l’industrie du livre puissent édicter leurs règles. Il est souhaitable selon nous d’éviter qu’il y ait cristallisation du marché autour d’un seul modèle. Nous souhaitons conserver une pluralité. »

Bien entendu, la réalité reste encore à construire et la réflexion est à peine entamée. « Notre pari était à l’effet de mettre la table, d’ouvrir la discussion, et non pas seulement de chercher des solutions à appliquer immédiatement, précise le chercheur. L’horizon du livre numérique va se construire tranquillement et ses paramètres restent encore à préciser. Mais heureusement, de très bonnes idées ont émergé pendant la rencontre. C’est encourageant. »

Un premier bilan de La Fabrique du numérique sera bientôt mis en ligne. René Audet est confiant que le document proposera une brochette d’avis divers et d’idées nouvelles qui feront à la fois réagir et réfléchir. « Le but est que La Fabrique ait une seconde vie à travers ce bilan et que de nouvelles avenues vont en émerger. »