lien externe

Lancement de l'Observatoire des médias sociaux en relations publiques

Envoyez-nous un courriel

Les spécialistes en relations publiques auront leur Observatoire des médias sociaux dès janvier 2011

 
Ce lundi 22 novembre 2010, le Département d’information et de communication de l’Université Laval dévoilait le projet d’un Observatoire des médias sociaux en relations publiques. Ce lieu permettra d’observer les meilleures pratiques des professionnels en relations publiques en matière de médias sociaux, a expliqué Francine Charest, professeure adjointe au département. Il sera également un lieu de formation avancée pour les étudiants des trois cycles et un lieu de veille médiatique, de recherche et d’analyse, en collaboration avec des entreprises québécoises.
 
Les travaux de l’Observatoire porteront, entre autres, sur l’image et la représentation des organismes et leur positionnement dans les médias sociaux et le Web en général ainsi que sur l’optimisation optimale de ces nouvelles plateformes. Il s’engagera également dans des échanges de services et d’expertise avec des entreprises, ce qui permettra aux étudiants des trois cycles universitaires du Département d’information et de communication (DIC) de Laval d’avoir accès à des études de cas réels et aux entreprises d’avoir accès aux conclusions des recherches.
 
«Ce projet emballant se veut à la fois un laboratoire d’observation des meilleures pratiques professionnelles en relations publiques sur les médias sociaux, un service-conseil pour les organisations privées ou publiques et un lieu de formation avancée pour les étudiants inscrits en communication publique, a précisé Francine Charest. Les travaux de l’Observatoire porteront, notamment, sur l’image et la réputation des organisations publiques et privées, le positionnement Web des organisations dans les médias sociaux, les sites Web dans le cadre d’activités de consultations publiques et l’utilisation optimale des médias sociaux dans les stratégies de relations publiques. Pour les étudiants en communication publique des trois cycles universitaires, les retombées seront tout aussi concrètes. Pour les étudiants du 1er cycle, l’Observateur leur permettra de développer les aptitudes à utiliser de façon optimale les médias sociaux dans leurs stratégies de relations publiques. Pour ceux du 2e et du 3e cycle, l’observatoire leur permettra de faire de la recherche avancée et de la formation.»
 

Équipe de chercheurs

 
Francine Charest a profité de la conférence de presse pour présenter trois chercheures dont elle supervise les travaux au 2e cycle. Mathilde Borde prépare un travail réflexif sur le thème : Consultations publiques et Web 2.0 : le réseau social comme outil de la prise de décision collaborative au sein des organisations. Sarah Landry travaille pour sa part sur la responsabilité sociale et l’image publique des entreprises ; elle étudiera la façon dont les organisations peuvent utiliser les réseaux sociaux afin de démontrer leur responsabilité sociale. Enfin, Geneviève Daigle Langevin examinera les pratiques d’interaction discursives entre le relationniste et l’usager d’un «média social» ; elle essaiera de déterminer la manière dont les relationnistes utilisent actuellement les médias sociaux pour rejoindre leurs publics.
 
Nadia Seraiocco, conseillère Web et médias sociaux et co-auteure du livre Les médias sociaux 101 avec Michelle Blanc, agira à titre de consultante pour l’Observatoire. «Pour la ville de Québec, il s’agit d’un projet enthousiasmant, a-t-elle précisé. L’Observatoire va permettre de donner encore plus d’élan au dynamisme déjà existant à Québec. Quand les blogues sont apparus sur le Web, les relationnistes n’étaient pas familiers avec cette nouvelle plateforme. Au début, on pouvait ignorer les blogues, mais depuis nous avons développé de nouvelles façons de communiquer, d’utiliser les mots-clés et cela a engendré une révolution qui n’est pas encore terminée. Même les communications gouvernementales ont commencé à s’intéresser aux réseaux sociaux.»
 
Toutes les personnes œuvrant en communication, mais aussi les entrepreneurs, vont devoir utiliser ces nouveaux médias, prédit-elle. Guillaume Pinson, vice-doyen à la recherche et au développement, Faculté des lettres de l’Université Laval, a rappelé que l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques s’inscrit dans un ensemble d’initiatives entreprises par la faculté dans le but de créer un centre multimédia. Thierry Belleguic, doyen de la Faculté des Lettres, a renchéri en affirmant que ces différentes initiatives visent à faire de la faculté un pôle d’excellence en culture numérique.
 

L’Observatoire des médias sociaux en relations publiques est créé grâce aux fonds de recherche du DIC et à la participation financière de la Faculté des lettres. D’autres partenaires financiers privés et publics viendront également se greffer au projet au cours des prochains mois. Ses travaux débuteront en janvier 2011. Un site Web devrait être accessible sous peu.

Haut de page