lien externe

Projet Khéops

Envoyez-nous un courriel

Percer le secret de la pyramide de Khéops

 
Quelle méthode a-t-on utilisée afin d'ériger la pyramide de Khéops? Xavier Maldague, professeur à la Faculté de sciences et génie de l'Université Laval et son équipe, avec l'aide de Dassault Systèmes, comptent utiliser la thermographie modulée, question de voir ce qui se cache derrière les épais blocs de l'impressionnante structure. Et, au final, trouver enfin la réponse à cette épineuse question.
 
L'énigme est vieille de près de 4 500 ans : découvrir comment les populations d'alors ont réussi à assembler les blocs de pierre qui composent la pyramide de Khéops. Pour l'instant : que des hypothèses. La plus récente, que compte vérifier l'équipe de Xavier Maldague, est celle de Jean-Pierre Houdin. Cet architecte français a postulé que les matériaux auraient été montés sur une rampe d'abord extérieure à la construction, puis intérieure à celle-ci, au-delà de 43 mètres de hauteur. Bien entendu, pour savoir si de telles structures existent, il faut voir à travers les blocs de pierre : c'est là qu'intervient une technique appelée «thermographie modulée».
 
L'approche proposée est non-destructive et ne nécessite aucune altération ou dégradation de la structure. Il s'agit d'obtenir l'image thermique de la construction observée dans le domaine spectral de l'infrarouge. Une caméra sera ainsi placée sur le toit d'un édifice, à une distance appréciable, de manière à pouvoir capter l'ensemble de la pyramide. Sécurisé, protégé des intempéries, relié au Web, l'appareil restera sur place pendant un an ou plus, période sur laquelle la température de surface de la structure sera mesurée, une fois par heure, avec un haut degré de précision.
 
Une fois les données recueillies, le professeur Maldague, aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada en vision infrarouge multipolaire, réalisera un modèle thermique qui permettra de bien saisir la nature de la structure. Comme les ondes de chaleurs réagissent différemment face à un espace vide ou un espace plein, d'éventuelles fluctuations de température pourraient apparaître lors de la prise d'images. Le chercheur pourra utiliser ce modèle afin de définir la composition de l'espace intérieur de la pyramide de Khéops. Et, au final, avaliser ou non l'hypothèse de Jean-Pierre Houdin.
 
Le projet est actuellement sur les rails avec l'appui de Dassault Systèmes. Reste à obtenir l'autorisation du gouvernement égyptien afin de pouvoir démarrer le tout. Et, enfin, percer le «secret» de la pyramide.
 
Pour information : www.3ds.com.